Éditeur du savoir-faire de la mode depuis 1841
Votre panier : 0,00 €
| Contactez nous au:
01.42.33.93.36
| Suivez nous:
Paiement 100% sécurisé
CB, Visa, Mastercard, Chèques,
Oxatis Payment, PayPal
Livraison express Internationale
Colissimo France
48h - 72h
Nos garanties
Retours
et échanges
Newsletter : Restez informé !

HISTOIRE DE LA MODE

ESMOD Editions : un patrimoine riche de 175 ans

Dès la fondation de son école en 1841, Alexis Lavigne a su transmettre son savoir-faire en publiant sa première «méthode du tailleur». Inventeur du buste mannequin, du centimètre souple et de bien d’autres procédés, il prend une part active dans la révolution industrielle du 19e siècle qui a fait de Paris, la plaque tournante de la Mode.

     Ses procédés de travail, édités dès 1847 en anglais et en français, se propagent dans le monde entier lorsque sa fille Alice Guerre commence à travailler avec lui.

       Rédacteur en chef du journal « Fashion théorie», très prisé des tailleurs, il va se servir de ce média pour se faire connaitre et devient le tailleur amazonier de l’Impératrice Eugénie. Sa renommée lui permettra de mettre tout en œuvre pour la fondation de la toute première fédération des tailleurs français. Bientôt, attiré par l’essor de la mode féminine, il ouvre une deuxième maison de couture destinée à une clientèle féminine vers laquelle sa fille l’amène.

       Alexis Lavigne est un visionnaire. Au cours de sa vie, il mènera de front ses deux maisons de couture, son école, ses éditions et créera de multiples inventions, posant ainsi les bases du Prêt-à-porter d’aujourd’hui.

L'inventeur du buste mannequin 

       Dès la parution des premières méthodes de coupe d’Alexis LAVIGNE, maitre tailleur et fondateur D’ESMOD, ce dernier avait imaginé et conçu en 1837 un « corsage mécanique » destiné à reproduire une sorte de moulage de l’anatomie de ses clients. C’est avec la réalisation du buste mannequin qu’il va réellement mettre en pratique toutes ses recherches en termes de mensurations et franchir ainsi le cap de la standardisation.

Après avoir travaillé longtemps sur la confection de buste mannequin sur-mesure moulés sur plâtre à partir du corps de ses clients, Alexis Lavigne, maitre tailleur parisien, cherche un moyen de répondre à la multitude de demandes individualisées.

            En travaillant sur les proportions du corps humain, il rassemble tout un éventail de conformations régulières dans différentes tailles dont il se servira pour réaliser ses bustes mannequins. Ainsi, grâce à ces bustes, les dames habitant en province ou à l’étranger peuvent désormais se faire confectionner leurs robes sans être obligé de les essayer !

L'inventeur du centimètre souple

Le centimètre souple, instrument incontournable depuis le début du XIXe siècle, avait pour but de remplacer les bandes de papier marquées à coups de ciseaux et conservées en liasse au nom de chaque client.

          Dans la Fashion-Théorie du 1er Février 1848, A.LAVIGNE donne les raison de ce dépôt de brevet :

« Un centimètre en maroquin a l’inconvénient de se détendre, de se décoller ou de s’effacer ; les centimètre en rubans, surtout ceux à un sou, ne sont pas aussi économiques qu’ils le paraissent. Ils n’ont aucune consistance et, en peu de temps, se chiffonnent, s’effacent, se roulent en papillote et se dérèglent alors presque immédiatement avec les rognures. A l’époque où nous avons voulu reporter notre méthode sur le revers d’un centimètre, nous avions besoin que le ruban fut imperméable qu’il ne pût se chiffonner ne se détendre, et sur lequel surtout les chiffres ne pussent s’effacer ; ne pouvant trouver à les faire fabriquer à notre idée, nous avons essayé de le faire nous-même, et la persévérance que nous y avons mise nous permet aujourd’hui d’offrir à nos confrères des centimètres d’une grande solidité et de toutes les couleurs qu’il suffit, lorsqu’ils sont vieux ou sales, de frotter avec un chiffon mouillé pour les rendre aussi beaux que neufs ».

Extrait de l'ouvrage Saga de mode, 170 ans d'innovations.

Descendance et héritage

        Sa fille Alice Guerre reprendra les rênes de cette belle entreprise avec la même énergie mais son  attirance ira plutôt vers l’enseignement. Travaillant avec Jules Ferry pour ouvrir l’enseignement aux jeunes filles, elle ouvrira son école aux professionnels mais également à la ménagère et mère de famille. Elle éditera à cet effet dans de nombreuses langues et parcourra le monde afin d’implanter ses méthodes de travail dans de nombreux établissements scolaires de New York à Odessa. Elle sera à la même époque à la tête de cinq journaux de mode : L’art dans le costume, le journal de couturières, les nouveautés parisiennes, la mode élégante et enfin, la femme et la mode.

Les générations suivantes continueront dans un même élan à se faire connaitre par le biais des journaux et des éditions : méthodes de coupe, de dessin, L’art de la fourrure, la gradation du vêtement… autant de thèmes sur lesquels les éditions, devenues ESMOD, se diversifient en éditant des procédés adaptés à leur époque et qui ont fait leurs preuves dans le monde entier, faisant des éditions ESMOD une valeur technique sure.

En effet, l’intelligence des procédés des méthodes ESMOD  reste sa capacité à s’adapter à toutes les modes en s’axant plus sur un raisonnement que sur la mémoire.

        L’ouverture depuis les années 70 aux métiers de la création offre un nouveau tremplin aux éditions qui publient alors des ouvrages sur le dessin de mode et le stylisme.

      Actualisés et enrichis de nombreuses fois, les livres sur l'histoire de la mode des éditions Esmod  ont su traverser les modes et sont aujourd’hui internationalement reconnus. Sa ligne éditoriale technique accompagne aujourd’hui des livres plus axés sur la culture mode avec toujours le même souci d’argumenter son contenu par des sources inédites.

Retracez 170 ans d'innovations qui ont révolutionné le monde la mode